Bienvenue sur le site de Selects !

zur Seite auf Deutsch / alla pagina in italiano

Merci de vous intéresser aux enquêtes Selects. Vous trouverez sur notre site des informations générales sur les sondages ainsi qu’une foire aux questions (FAQ) avec les réponses aux principales interrogations relatives à l’organisation et au déroulement de l’étude.

Selects – qu’est-ce que c’est ?
Depuis 1995, l’étude électorale suisse Selects a pour objet l’analyse du comportement de vote des citoyennes et citoyens suisses dans le cadre des élections fédérales. Le sondage auquel vous avez été invité/e à participer sert à mettre en lumière la dynamique de la formation de l’opinion ainsi que les facteurs déterminant la participation et le choix d’un candidat ou d’un parti spécifique. Notre objectif est de comprendre ce qui vous anime et de connaître le jugement que vous portez sur les élections.

Des études électorales sont réalisées dans de nombreux autres pays, ce qui nous permet de comparer la Suisse à l’échelle internationale et de déterminer les éléments qui nous distinguent d’autres démocraties ainsi que ceux qui nous en rapprochent.

Pourquoi cette enquête ?
Les élections sont la clé de voûte de la démocratie. Il est donc important de connaître les préoccupations des Suissesses et des Suisses et de comprendre pourquoi ils participent ou ne participent pas aux élections et pourquoi ils choisissent un parti politique plutôt qu’un autre.

Les données recueillies dans le cadre de l’enquête Selects sont exploitées à des fins multiples : elles permettent différentes analyses, qui sont présentées au public et discutées après les élections, elles entrent dans des études scientifiques et les résultats de l’étude Selects sont aussi d’un intérêt certain pour les partis et tous les autres décideurs politiques. La publication et la discussion des résultats créent un terrain fertile pour encourager le public à s’intéresser aux processus démocratiques et à mieux les comprendre.

Qui organise et finance Selects ?
L’enquête est conduite par le Centre de compétences suisse en sciences sociales FORS. Sous la direction de la professeure Anke Tresch, l’équipe « Enquêtes politiques » réalise l’étude dans un cadre strictement scientifique. Pour plus d’informations sur FORS, visitez le site www.forscenter.ch.

L’enquête est financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Sur mandat de la Confédération, le FNS encourage la recherche fondamentale dans toutes les disciplines scientifiques, de l’histoire aux sciences de l’ingénieur en passant par la médecine. Pour plus d’informations sur le Fonds national, visitez le site www.fns.ch.

FAQ – les questions les plus fréquentes posées au sujet de Selects

A quoi sert ma participation ?

Pourquoi ma participation est-elle importante ?

Il y a une question que je ne comprends pas

Le sondage est-il anonyme ? Comment la protection des données est-elle assurée ?

Suis-je obligé/e de participer ?

Pourquoi est-ce que j’ai été choisi/e pour le sondage ?

Est-ce que je suis autorisé/e à répondre pour mon frère/ma mère etc. ?

La personne sélectionnée a déménagé. Puis-je prendre part au sondage à sa place ?

La politique ne m’intéresse pas. A quoi bon prendre part au sondage ?

Je n’ai pas le temps/pas envie de remplir le questionnaire en une fois. Est-il possible d’interrompre et de reprendre plus tard ?

La connexion Internet ne m’inspire pas confiance (je crains les virus et autres logiciels malveillants)

Les résultats de l’étude m’intéressent

Sous quelle forme les résultats de l’étude seront-ils publiés ?

Résultats
Sélection de résultats :

Conséquences économiques de la pandémie de coronavirus : décalage entre la situation économique générale et la situation personnelle

Appréciation de la situation économique et situation financière personnelle (12 derniers mois) :

Source : Selects 2020

L’épidémie de coronavirus semble avoir influencé l’appréciation de l’évolution économique en Suisse sur les douze derniers mois. Une nette majorité des personnes interrogées (83 %) estime que la situation économique générale s’est détériorée légèrement ou clairement. En revanche, celles et ceux qui ont participé au sondage indiquent que la pandémie n’a guère eu de répercussions sur leur situation financière personnelle. La plupart estiment en effet que leur situation financière personnelle est restée inchangée sur les douze derniers mois. Il est en outre remarquable que le pourcentage des personnes interrogées rapportant une détérioration (21 %) est à peine supérieur à la part de celles qui affirment avoir enregistré une amélioration (18 %). Ce décalage entre la situation financière personnelle et la situation économique générale pourrait s’expliquer par le fait que les ralentissements économiques se répercutent sur la situation financière des individus non pas immédiatement, mais avec un certain retard.

Les femmes mécontentes des mesures de promotion de l’égalité prises jusqu’ici

Perception des mesures prises en matière d’égalité, selon le sexe (en %)

Source : Selects 2020

Les élections fédérales de 2019 ont été historiques pour les femmes: jamais, auparavant, le nombre de femmes élues au Conseil national et au Conseil des États n’a été aussi élevé. La « grève des femmes » du 14 juin 2019 y a contribué puisqu’elle a permis, peu avant les élections, de porter le débat sur les revendications en matière d’égalité entre hommes et femmes sur la place publique. Une année après les élections, les personnes ayant participé à l’enquête Selects 2020 ont été interrogées pour déterminer comment elles percevaient les mesures déjà prises en Suisse pour promouvoir l’égalité entre hommes et femmes. Dans l’ensemble, 29 % seulement des personnes interrogées se sont dit satisfaites du statu quo. Pour 10 % d’entre elles, ces mesures sont excessives, alors que 61 % estiment qu’elles sont insuffisantes. Les différences entre hommes et femmes sont considérables : il ressort du graphique ci-contre que si les mesures déjà prises sont jugées insuffisantes par trois quarts des femmes, seul la moitié à peine des hommes partagent cet avis. Cette disparité entre les sexes est apparue dans toutes les classes d’âge.

Qui est satisfait de l’issue des élections ?

Satisfaction par rapport à l’issue des élections (part des votantes et des votants [en %], qui sont « plutôt » ou « très satisfaits » de l’issue des élections)

Source : Selects 2020

Parmi les personnes ayant participé aux élections fédérales 2019, le taux de satisfaction avec l’issue des élections est élevé : si l’on considère l’électorat des six principaux partis, la part des personnes qui se disent très ou plutôt satisfaites s’élève à 80 %. Ce taux de satisfaction n’est toutefois pas le même dans tous les partis. C’est parmi l’électorat des deux partis à tendance écologiste, victorieux aux élections, que l’on trouve le plus de personnes satisfaites (89 % chez les Verts et même 95 % chez les vert’libéraux). À remarquer que cette proportion atteint un niveau similaire chez les personnes ayant voté PDC (89 %). Cela pourrait s’expliquer par les résultats du parti démocrate-chrétien, qui – contrairement à ce que prédisaient les sondages – n’a pas essuyé de grosses pertes. Le PS, par contre, a perdu des voix et il est donc d’autant plus étonnant que 88 % de toutes celles et ceux qui ont voté pour lui se disent malgré tout satisfaits de l’issue des élections. Cette situation paradoxale peut s’expliquer par le fait que la gauche est, dans l’ensemble, sortie renforcée de ces élections grâce au succès électoral des Verts. Comme il fallait s’y attendre dans le sillage de la défaite électorale des radicaux, le taux de satisfaction parmi l’électorat du PLR est inférieur à la moyenne (75 %). Le taux le plus bas a toutefois été enregistré chez les électeurs et électrices de l’UDC (51 %), ce qui n’est pas étonnant puisque c’est le parti qui a essuyé les pertes les plus conséquentes en 2019.

Fossé entre candidat·e·s et électeur·rice·s sur l’âge de la retraite

Alors qu’un peu moins de la moitié des candidat·e·s aux élections fédérales de 2019 sont favorables au relèvement de l’âge de la retraite pour les deux sexes, seul un tiers de l’électorat y est favorable. Ce fossé entre élites et électeur·rice·s s’avère être particulièrement prononcé au sein des libéraux-radicaux, des vert’libéraux et de l’UDC. C’est ce qui ressort d’une analyse réalisée dans le cadre de l’étude électorale suisse Selects. Dans la perspective de projets de réforme de la prévoyance vieillesse, on relèvera donc qu’en raison de ce fossé, un succès semble être parsemé de grands points d’interrogation. Vous trouverez l’article du blog DeFacto ici.

La décision électorale est-elle héritée ?

Une analyse menée dans le cadre de l’étude électorale suisse Selects montre que l’élection traditionnelle, c’est-à-dire l’adoption du comportement électoral des parents par leurs enfants, revêt une grande importance pour le PDC : 84 % de ses électeurs proviennent d’un ménage dans lequel au moins un parent avait déjà voté pour le PDC. Pour le PVL et le PES, qui ont remporté les élections fédérales de 2019, l’élection traditionnelle joue un rôle secondaire en raison de la jeune histoire du parti. Toutefois, les origines des électorats de ces deux partis écologiques diffèrent sensiblement. Alors que les électeurs du PVL sont majoritairement d’origine bourgeoise, ceux du PES sont le plus souvent issus de familles socialistes. Vous trouverez l’article du blog DeFacto ici.

Les plus âgés ont porté la plus d’attention à la campagne électorale

Attention portée à la campagne selon les groupes d‘âge; échelle de 0 (« aucune attention ») à 3 (« beaucoup d‘attention »)
Source: Selects 2019
La campagne électorale fédérale 2019 fait désormais partie du passé. Dans le cadre de la deuxième enquête du panel Selects, les participant·e·s ont été interrogé·e·s sur l’attention qu’ils ou elles avaient accordée à la campagne électorale. Dans l’ensemble, 16% des sondé·e·s ont indiqué avoir suivi la campagne avec beaucoup d’attention. Selon leur propre appréciation, 47% y ont été assez et 31% peu attentifs ou attentives, alors que 7% déclarent n’avoir porté aucune attention à la campagne. Des différences considérables se sont manifestées entre les groupes d’âge. Comme il ressort du graphique ci-contre, une tendance claire se dégage : le degré d’attention augmente avec l’âge. Ainsi, le groupe des plus de 70 ans affiche la moyenne la plus élevée et celui des 18 à 29 ans la moyenne la plus faible.

Les réseaux sociaux gagnent en importance

Part des répondants qui suivent l‘actualité politique très ou plutôt attentivement (en pourcentage)
Quotidiens 54%
Télévision 50%
Radio 45%
Réseaux sociaux 38%
Sites d'actualité 26%
Source: Selects 2019
En Suisse, c’est dans les médias traditionnels que l’actualité politique est la plus suivie. Selon la première vague de l’enquête représentative du panel Selects 2019, les quotidiens bénéficient de la plus grande attention (54%), suivis de la télévision (50%) et de la radio (45%). Toutefois, les réseaux sociaux connaissent une forte croissance de popularité. Près de quatre répondants sur dix (38 %) ont déclaré qu’ils étaient très ou plutôt attentifs aux plateformes comme Facebook et Twitter. Cette part a plus que triplé par rapport à Selects 2015 (12%). Il y a cependant des différences considérables entre les groupes de la population. Les jeunes et les hommes sont plus nombreux à suivre les réseaux sociaux que les personnes plus âgées et les femmes. Finalement, environ un quart des sondé.e.s (26%) sont attentifs aux sites d’actualité en ligne. Il s’agit d’une augmentation marquée par rapport aux élections fédérales d’il y a quatre ans (18 %).
Résultats des études précedentes:

Les résultats détaillés pourront être consultés dès le printemps prochain sur le site Internet www.selects.ch. Vous trouverez un aperçu des résultats des études Selects précédentes en suivant les liens ci-après :

      
Contact
Si vous avez d’autres questions, nous y répondrons très volontiers. Vous pouvez nous contacter au numéro de téléphone ou à l’adresse e-mail indiqués sur la lettre que vous avec reçue.