Travail atypique et accès au troisième pilier en Suisse

Jenny Assi

Nº 2012-03

DOI :

10.24440/FWP-2012-00003

How to cite this article :

Assi, J. (2012). Travail atypique et accès au troisième pilier en Suisse. FORS Working Paper Series, paper 2012-3. Lausanne: FORS.

Keywords :

travail atypique, structure familiale, troisième pilier, régression logistique, effets marginaux moyens.

Abstract :

En Suisse, le système des trois piliers protège la population contre les risques d’invalidité, de vieillesse et de décès. Si le premier pilier est obligatoire pour tous les travailleurs ou résidants de Suisse, le deuxième pilier (prévoyance professionnelle) est un système fortement ancré à l’activité salariée et au type de contrat de travail. Il est donc sensible à la question de la flexibilité du travail. Le troisième pilier, enfin, est une prévoyance privée facultative. Cet article analyse le rapport entre le travail atypique, i.e. le travail à temps partiel, à temps déterminé, ou indépendant, et l’accès au troisième pilier en Suisse. Les analyses ont été conduites en utilisant les données de l’Enquête Suisse sur la Population Active (ESPA) et du Panel Suisse des Ménages (PSM), année 2005. Les résultats obtenus par l’exploitation des données ESPA montrent que le revenu et le type de contrat influencent de manière significative l’adhésion à la prévoyance privée. En ce qui concerne les analyses conduites sur le jeu de données PSM, les résultats montrent une influence importante de la structure familiale sur l’adhésion au troisième pilier. En particulier, les familles «traditionnelles» présentent plus de chances de s’affilier au troisième pilier que les autres typologies de famille, même sous contrôle de l’effet exercé par le revenu, qui contribue au revenu de la famille et d’autres variables.

Copyright:

© the authors 2018. This work is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License (CC BY 4.0) Creative Commons License