Skip to navigation Skip to the content

Méthodologie

L’enquête ESS est portée par l’ambition de présenter une démarche scientifique rigoureuse qui se traduit par un haut niveau d’exigence méthodologique. Trois aspects sont particulièrement soignés :

La possibilité de comparer les résultats des différents pays participant implique un processus d’élaboration du questionnaire de base complètement maîtrisé. Les questions sont testées dans plusieurs pays. L’accent est également mis sur la qualité des traductions. L’ESS possède une équipe méthodologique responsable du processus de traduction, qui édicte les lignes directrices. Le protocole de traduction est le TRAPD (Translation, Review, Adjudication, Pre-testing and Documentation).

L’enjeu principal des sondages est leur précision, qui dépend directement de l’échantillonnage réalisé. L’équipe centrale de l’ESS est complétée par un groupe de spécialistes qui conseillent et valident les échantillons nationaux. Afin d’obtenir l’échantillonnage le plus représentatif possible de la population, le protocole interdit les échantillonnages par quota. En Suisse, en tant qu’enquête reconnue d’importance nationale et financée par le Fonds national de la recherche scientifique, l’ESS peut obtenir depuis 2010 un échantillon individuel tiré aléatoirement du cadre de sondage pour les enquêtes auprès de la population (SRPH) de l’Office fédéral de la statistique. L’utilisation du registre d’échantillonage par l’ESS est réglée par l’ordonnance concernant l’exécution des relevés statistiques fédéraux aux art. 13a à 13g (RS 431.012.1).

Des événements régionaux ou internationaux peuvent affecter fortement les attitudes et perceptions des enquêtés. Un acte de terrorisme, une crise économique peuvent exercer une forte influence sur les opinions. Ainsi, l’ESS enregistre les événements médiatiques (ESS media claims) durant le cours de l’enquête afin que les analystes futurs des données puissent prendre connaissance du contexte national dans lequel les questions ont été posées.

L’approche méthodologique est en constante amélioration afin d’obtenir le taux de réponse le plus élevé possible. A cette fin, une formation intensive des enquêteurs est dispensée. Depuis la troisième édition, nous atteignons un taux de réponse de plus de 50% ce qui est exceptionnel en Suisse, depuis les années 1980. Toujours dans le but de garantir un haut degré de qualité des données récoltées, l’enquête qui dure un peu plus d’une heure en moyenne, est administrée en face à face et le nombre d’entretiens effectués par chaque enquêteur est limité.

Resumée synoptique des caractéristiques méthodologiques de l’European Social Survey :

  • Population concernée : Toutes les personnes de 15 ans et plus qui résident sur le territoire suisse.
  • Personnes interrogées : Échantillonnage aléatoire. 1500 répondants au minimum.
  • Mode d’enquête : Interviews administrés en face à face, CAPI, réalisés par un institut de sondage.

Construction de l’échantillon :

2002-2004 : Plan d’échantillonnage aléatoire à trois degrés :

  • Échantillon de numéros postaux tirés dans chacune des grandes régions de Suisse
  • Sélection d’un nombre déterminé de ménages dans chacun des numéros postaux tiré
  • Désignation d’une personne au sein de chaque ménage

2006-2008 : Plan d’échantillonnage aléatoire à deux degré :

  • Sélection d’un nombre déterminé de ménages dans chacune des grandes régions de Suisse (base nationale de téléphones/adresse)
  • Désignation aléatoire d’une personne au sein de chaque ménage/adresse

 Depuis 2010 : Plan d’échantillonnage aléatoire à un seul degré :

  • En tant qu’enquête reconnue d’importance nationale, financée par le Fonds national de la recherche scientifique, l’ESS a pu obtenir un échantillon individuel tiré aléatoirement du registre de l’Office fédéral de la statistique, en application de l’art. 13c, al. 2, lett. d, de l’ordonnance du 30 juin 1993 concernant l’exécution des relevés statistiques fédéraux